Exposition artistique PIERRES VIVANTES

Du 1er septembre au 10 novembre 2022

       

 

 

Présentation

L’exposition artistique « PIERRES VIVANTES » est proposée successivement dans deux collections scientifiques historiques : au Musée géologique de Lisbonne (fondé en 1859) et au Musée de Minéralogie MINES Paris (de l’Ecole des Mines, fondée en1783). Deux versions de l’exposition seront présentées, incluant des artistes portugais et français. L’exposition est complétée par un programme éducatif développé pour le grand public avec des événements interdisciplinaires, dans chaque musée, où l’art et la science se mêlent.

Dans le cadre de la Saison France-Portugal, et co-financé par l'Institut Français et l'Université PSLcet événement artistique vise à rendre hommage à ces deux musées européens et au rôle qu’ils ont joué dans l’histoire culturelle des deux capitales. L’exposition permet de mettre en connexion des roches et minéraux, véritables œuvres d’art naturelles, avec des objets artistiques contemporains, renforçant le potentiel perpétuellement innovant de ces collections.

L'exposition lance une réflexion sur la pollinisation entre l'information scientifique et artistique centrée sur la pierre - en tant que symbole primordial à la fois de la pratique artistique (étant la "matière de l'art") et de la production de connaissances scientifiques (englobant des domaines tels que la géologie, l'astronomie, la géodésie, l’archéologie, etc.). Ces thèmes sont appliqués dans le contexte contemporain, où la pierre est un matériau vivant, en constante réinvention - à travers la pratique scientifique et artistique - entre le naturel et l'artificiel, entre le virtuel et le réel. L'exposition pose la question : quel est le potentiel de la pierre aujourd'hui ? Chacun des artistes appliquera certains aspects de la pierre et des aspects de l'histoire des deux musées à son propre contexte culturel.

Commissaire d'exposition : MARTA JECU

 

L'exposition est accessible avec une entrée payante standard (pas de surcoût pour l'exposition).

Retrouver toutes les informations sur l'exposition dans le dossier de presse ici.

LIVRET D'ORIENTATION ET DESCRIPTION DES OEUVRES au format pdf ici.

LIVRET D'EXPOSITION téléchargeable gratuitement ici.

 

Artistes invités

 

RAPHAEL DENIS

Raphaël Denis propose un ensemble de sculptures inspirées de la gravure d'Albrecht Dürer, Melencolia I (1514) évoquant la chute en 1492 de la pierre dite de Tonnerre à Ensisheim, représentée par un polyèdre. Le polyèdre est un élément paradigmatique pour l’indistinctivité des sciences (mathématiques, astronomie) et des arts occultes (alchimie). Denis recharge cet élément en une série de formes qui reproduisent notre imaginaire scientifique contemporain sur la structure de la matière organique et inorganique, liée à la haute technologie. Ce travail montre la pierre au centre de chercheurs interdisciplinaires en se connectant à une dimension métaphysique de la connaissance et intuition.

Crédit: Raphaël Denis(2015), ÉLÉMENT. 60 x 54 x 54 mm, Acier, Plomb. MELENCOLIA I, d'après Dürer par Johannes Wierix. 26.1 x 20.5 cm. Gravure : 1602.

 

LUCA POZZI 

Luca Pozzi explore les techniques qui fusionnent des matériaux et des informations virtuels et réels, concrets et abstraits. Pour lui, les pierres encapsulent un message orienté vers l’avenir concernant la connexion entre le micro-univers atomique et le vaste macro-univers. Pozzi est un « scientifique de l’art » et expérimente des techniques numériques de croisement des matières. Le travail de Pozzi présenté ici une œuvre d'art en réalité croisée qui existe simultanément sur différentes plateformes, et qui a été créée avec la participation de Carlo Rovelli (médecin), Alain Connes (mathématicien), Michelangelo Pistoletto (artiste) et Garrett Lisi (médecin).

 

GABRIEL LEGER

Gabriel Léger utilise la matière et sa temporalité infinie pour se connecter à une connaissance que l’humain a perdue au cours de l’histoire. Dans ses œuvres, il mélange des pièces d’art ancien avec des morceaux de matière inorganique des temps immémoriaux et des références à notre histoire de la civilisation. En reproduisant des actions, des gestes, des moments qui viennent du passé et en joignant ces sources, il crée des rituels contemporains qui produisent de nouvelles connaissances et informations.

Dans la nouvelle version de Nebulae, développée spécifiquement pour cette exposition, il emploie la technique photographique du cyanotype sur toile en utilisant des éclats de pierres d'un chemin de la Villa Médicis sur lequel se promenait Galilée lors de son célèbre procès à Rome en 1633.

 

MARTINHO MENDES

Le travail de Martinho Mendes est en relation avec l’histoire socio-géologique de Madère et avec le pigment minéral trouvé sur le terrain. Ses expositions minimalistes et conceptuelles sont des installations unitaires dans lesquelles il raconte et interprète des histoires locales liées à l’exploitation de la pierre et du territoire à Madère. Des personnages et des faits historiques se mêlent à des éléments fantastiques tirés du folklore local liés à une mémoire populaire de l’écosystème.

Crédit : Martinho Mendes (2021), Tornadoiros: as pedras de Sísifo. Digital photography.

 

SERGIO CARRONHA

Sérgio Carronha travaille principalement avec des matériaux terrestres – certains permanents et d’autres éphémères. Il est actuellement basé en Alentejo, où il développe un projet à long terme lié à la Terre et au développement des civilisations par rapport au territoire. Il recueille ses matériaux et produit ses œuvres en intervenant dans l’écosystème donné et en testant les effets de ses interventions. Ses préoccupations sont les liens complexes entre les minéraux, les fossiles, les conditions météorologiques, la topographie et la biosphère.

Les peintures exposées au musée résultent d’un processus d'introspections, l’artiste y reproduit différentes techniques et pigments utilisés dans les signes et écritures préhistoriques.

 

GILLES ZARK

Gille Zark travaille à l’Institut Géographique National de Paris et également en tant qu’artiste. Il a créé deux œuvres spécifiquement pour cette exposition. Il a travaillé avec des échantillons de pierre (des carottes) de la collection du Musée de Géologie de Lisbonne. Ces carottes servent originellement à prélever des informations géologiques du territoire. Les médaillons qui sont insérés dans diverses vitrines du musée sont des tranches des carottes gravées avec des coordonnées géographiques et des dessins de deux importantes "écoles" préhistoriques de dessin en France et au Portugal (Foz Coa et Lascaux), qui, d’après des études récentes, semblent s’être mutuellement influencées.

 

PEDRO SEQUEIRA  

Pedro Sequeira travaille non seulement sur le thème de la pierre, mais aussi avec de la poudre de pierre, comme la matière de ses peintures, sculptures et dessins.

Collectionneur de minéraux et de pierres précieuses, il s’intéresse à l’esthétique des pierres mais aussi à leur rareté par rapport au territoire. Il est collectionneur de minéraux des montagnes du Portugal, tailleur de pierres précieuses et chercheur scientifique en pierres précieuses. Son atelier dans lequel il produit des œuvres artistiques et des bijoux contemporains est le laboratoire d’un connaisseur dans lequel ses peintures à grande échelle émergent, grâce à la poudre produite par la taille des pierres précieuses. Pour lui, tailler des pierres précieuses ou réaliser ses œuvres conceptuelles et minimales sont les différentes conséquences d’un même sujet.

En tant que collectionneur de minéraux, Pedro Sequeira s'intéresse à la rareté des pierres vis-à-vis de leur provenance. Il est à la fois collectionneur de minéraux des montagnes du Portugal, tailleur de pierres précieuses et un érudit scientifique des pierres précieuses.

 

RITA GASPAR VIEIRA

Opérant dans le champ du dessin et de la tridimensionnalité, le travail de Rita Gaspar Vieira interroge la relation entre la mémoire privée et la mémoire collective des lieux habités, mettant en évidence la relation entre les pratiques quotidiennes et les procédures artistiques. Dans sa pratique, la production de papier de coton et la reproduction des textures de pierre et bois sont récurrentes, ce qui constitue la genèse du design de ses installations.

Dans les trois toiles de coton en rouge, jaune et noir exposées au musée, Rita Gaspar Vieira reprend les empreintes de son atelier dans la fabrication d'un papier en coton et graphite. Dans le livre d'artiste exposé, l’artiste a pris les empreintes d'une pierre romaine gravée avec le mot Liberti, qui commémore la libération d'un esclave au Portugal romain.

 

MARTA ALVIM

Marta Alvim est artiste et cinéaste. Ses œuvres sont des enquêtes qui explorent les convergences entre la pensée, le récit et l’image. Dans son œuvre Excerpt of a dream, les notions de temps, de conscience et de réalité sont présentes dans des discours centrés sur la Nature, la connaissance et la subjectivité. Dans le film présenté dans cette exposition, le cinéma expérimental favorise la réflexion sur des possibles utopies écologiques.

Crédit : Marta Alvim (2022), Theory of Discomfort. Film stills. (images 1, 2 & 3).

 

VINCENT VOILLAT

Vincent Voillat travaille avec les pouvoirs expressifs des pierres, provoquant en même temps des formes de pierres hybrides, allant au-delà du naturel. Son travail minimal fait allusion aux mouvements cosmiques de la pierre, de l’échelle d’une pierre fluviale trouvée à celle des planètes et des constellations tournantes. L'artiste présente deux installations, dont une vidéo ainsi qu'une série de collages faite de fibres végétales, sorte de papier produit par la mastication de bois pourrissant par des frelons asiatiques dont ils ses servent pour construire leur nid. Ces collages représentent une coupe agrandie de stromatolite fossile. La forme est assez abstraite composée de strates brune et beige.

 

ROSELL MESEGUER

Rosell Meseguer a un intérêt constant pour le sujet de la colonisation minérale. Dans une lecture géopolitique, elle parle de l'exploitation excessive en Amerique du Sud, avec des consequences graves liées à la destruction des territoires, des écosystèmes et des cultures des populations autochtones. L'artiste peint à la main d'innombrables pages de livres avec des poudres minérales, comme dans un effort de réparation et de commémoration du sombre héritage de ces exploitations.

Les pierres apportent aussi un témoignage d'une ère pré-humaine. Ils portent les souvenirs d'un temps cosmique où la terre était en train de se former. La pierre révèle l'héritage cosmique de notre civilisation et les correspondances micro-cosmos / macro-cosmos. Les couches internes de la terre avec leur configuration de gemmes, ainsi que la configuration de chaque gemme, reproduisent les constellations et les paysages astraux - et ils représentent une sorte d'ADN universelle.

Crédit: Rosell Meseguer. Projet “Rare earth elements” 2017-2022. Installation: Economic notebooks painted page by page, Blueprint book, Minerals, Archive documentation, Polyptich Publication par l'artiste: Quadra Minerale, 2017-2022.

 

FERNANDA FRAGATEIRO

Le travail Fernanda Fragateiro se caractérise avant tout par une approche interdisciplinaire, où des domaines tels que la sculpture, l’installation, la céramique, l’architecture, le design se croisent et se rapportent au modernisme.

L’exposition présente des livres de pierres créés par Fernanda Fragteiro. Les œuvres, incorporant toutes deux des livres de l’écrivain français Arthur Larrue, racontent l'histoire du groupe de dissidents et d'activistes russes – Voina, qu'il a accompagné dans leurs actions artistiques contre le système de Poutine.

 

CLAIRE DE SANTA COLOMA

L’objectif du travail de Claire de Santa Coloma est l’idée de la sculpture elle-même, avec les matériaux dont le bois, le fossile, les pierres qui en sont une partie centrale. Son travail montre des affinités avec la sculpture abstraite du XXe siècle.

Dans la sculpture présentée au musée, l’artiste explore des possibles nouvelles formes naturelles qui résultent de possibles contaminations entre animal, végétal et l’humain. La pierre est à la fois liée à l'exploitation du territoire et des ressources et l'histoire des musées eux-mêmes (était liées à la recherche avec l'objectif de l'exploitation minière).

Exposition artistique PIERRES VIVANTES - Mines Paris - PSL
Partager

contactez-nous

Des questions sur le musée ou la collection ? Contactez-nous

Venir au musée

Retrouvez toutes les informations pour vous rendre au Musée de Minéralogie

Musée de Minéralogie

60 boulevard Saint Michel

75006 Paris

(RER B station Luxembourg)

 

OUVERTURE

 

MARDI : 10h à 12h et 13h30 à 18h

 

MERCREDI, JEUDI et VENDREDI : 13h30 à 18h

 

SAMEDI : 10h - 12h30 et 14h-17h

 

Fermeture excpetionnelle à 16h le mardi 12 mars 2024

 

Fermé les jours fériés, ainsi que les dimanches et lundis

 

Entrée possible jusqu'à une heure avant l'heure de fermeture.

 

 

INSCRIPTION A NOTRE NEWSLETTER

 

Contact Mentions légales efil.fr © 2014 Mines Paris - PSL